Céline, Trainer en Neurofeedback dynamical® au Plessis-Trévise

19 bis avenue du Général De Gaulle, 94420 Le Plessis-Trévise
06 32 97 67 58
Du Lundi au Samedi de 9h à 20h.
Trainer en
Neurofeedback Dynamical®
au Plessis-Trévise
 

Céline, Trainer en Neurofeedback dynamical® au Plessis-Trévise

Les risques psycho sociaux en entreprise


Selon le rapport sur Conditions de travail et Risques psycho-sociaux 2016 (DARES - Ministère du Travail et de l'Emploi. INSEE. DREES - Ministère de la Santé. DGAFP - Ministère de la Fonction Publique, 2016), 31,8% des agents ou salariés français ont déclaré « vivre des situations de tension dans les rapports avec le public » et 29,6% ont estimé avoir vécu au moins un comportement hostile au travail dans les 12 derniers mois (critiques, sabotages, moqueries, rabaissement…). 54,4 % des salariés ou agents français ont avoué devoir calmer des gens dans leur travail et 46,3% être en contact avec des personnes en situation de détresse.

Selon cette même étude, 24,3% des salariés ou agents français ont déclaré craindre pour leur emploi pour l’année à venir, 36,5% effectuaient des mouvements douloureux ou fatigants, 18,6% craignaient d’être muté à un autre poste de travail contre leur volonté

Définition & Symptomatologie

Les risques psychosociaux (RPS) englobent, tous secteurs confondus, les conditions de travail et facteurs associés pouvant impacter la santé physique, psychologique et/ou sociale des employés d’une entreprise (Zilloniz & Baradji, 2019). Les risques psychosociaux (RPS) peuvent se traduire par des violences verbales, physiques, morales ou sexuelles, mais également par tout élément pouvant déclencher du stress chez un travailleur (INRS, 2020a).

 

Les risques psychosociaux (RPS) peuvent impacter significativement l’activité du travailleur, impliquant (INRS, 2020b) :

  • Perte de motivation, désengagement
  • Baisse de créativité et de productivité
  • Absentéisme exacerbé
  • Dégradation de la communication et des interactions sociales
  • Performance et dynamique de travail réduites
  • Qualité du service diminuées
  • Augmentation des risques d’accident de travail
  • Epuisement professionnel 
  • Dégradation de l’image de l’entreprise

… mais également sa santé (IRNS, 2020a) :

  • Physique : Troubles cardiovasculaires, troubles musculosquelettiques, ulcères

Mentale : Anxiété, dépression, burn-out voire tentatives de suicide

Dépistage des facteurs de risques

Les conditions de travail responsables des risques psychosociaux (RPS) en entreprise sont organisées en sept dimensions (Coutrot & Mermilliod, 2010 ; INRS, 2020c) :

  1. L’intensité et la complexité du travail regroupent la quantité de travail, la pression temporelle, le réalisme des objectifs, la complexité des tâches, les exigences de polyvalence, les horaires atypiques ou irrégulières… ainsi que la conciliation avec la vie personnelle du salarié.
    Plus la complexité et l’intensité du travail sont grandes, plus le travailleur risque de développer des symptômes psychosociaux.
     
  2. Les exigences émotionnelles renvoient à la bienséance et la maitrise de ses affectes en toute circonstance malgré les difficultés possibles (maladie, deuil, incivilités…).

Plus les exigences émotionnelles sont grandes, plus l’employé est exposé à des risques psychosociaux.

  1. L’autonomie désigne la marge de manœuvre du salarié ainsi que son influence dans la prise de décision associée à son travail.

Plus l’autonomie du travailleur est large, plus il pourra s’épanouir dans son activité.

  1. Les rapports sociaux incluent la reconnaissance du travail, l’encadrement de la dynamique de l’entreprise, le soutien social et la coopération des pairs, ainsi que tout débordement violent ou visant à l’isolement.

Plus les rapports sociaux au travail sont de bonne qualité, moins le salarié sera en proie aux risques psychosociaux.

  1. Les conflits de valeur désignent les situations où les obligations professionnelles sont en désaccord avec les valeurs personnelles, professionnelles ou sociales du travailleur, résultant en un conflit moral.
    Plus les valeurs de l’entreprises et des tâches attribuées sont en désaccord avec les valeurs profondes du travailleur, plus le l’employé sera sensible aux risques psychosociaux.
     
  2. L’insécurité de la situation de travail renvoie au contrôle du salarié sur la stabilité et la durabilité de sa fonction au sein de son entreprise.

Moins la situation de travail est sécure, plus le salarié sera exposé à des risques psychosociaux.

  1. Les contraintes physiques et environnementales incluent l’exposition à des contraintes sonores, des charges lourdes, des positions inconfortables voir pénibles ; mais aussi le contact avec des fumées ou poussières, des produits chimiques, biologiques, ou dangereux.

Plus les contraintes physiques et environnementales sont grandes, plus le travailleur risque de développer des symptômes psychosociaux.

L’accumulation et la persistance temporelle de conditions de travail néfastes augmentent les risques psychosociaux.

Les différents facteurs de risques psychosociaux permettent aux entreprises de prévenir ces derniers. Pourtant, la prévention n’est pas toujours suffisante et certains domaines restent fortement exposés à des conditions de travail néfastes pour leur santé, leur bien-être, ainsi leur performance professionnelle : Selon une étude réalisée l’an dernier (Zilloniz & Baradji, 2019), la fonction publique hospitalière est le secteur d’activité le plus exposé aux risques psychosociaux (37%), tandis que les professionnelles intermédiaires de la santé et du travail social sont la catégorie professionnelle la plus touchée par ces facteurs (31%).

Evaluation

De nombreux questionnaires permettent, autant aux employés qu’aux entreprises, de procéder à un état des lieux du climat de travail en évaluant les risques psychosociaux, tel que l’outil RPS-DU, fournit par l’INRS (https://www.inrs.fr/media.html?refINRS=outil37) ; ou encore le stress éprouvé avec la PSS (Echelle de stress perçu). Néanmoins, il est désormais obligatoire, pour toute entreprise, d’évaluer les risques professionnels encourue par ses salariés à l’aide d’un document unique : le DUER (Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre), 2020). L’employeur est ainsi responsable des conditions de travail et de la réduction des risques associés.

Des inventaires supplémentaires permettent de dépister les symptômes de burn-out comme le MBI (Maslash Burnout Inventory), ou de dépression tel que le CES-D (Center for Epidemiologic Studies - Depression) disponibles en ligne et en français.

Outils & Accompagnement

Lorsque les risques psychosociaux sont significatifs et qu’ils ont des répercussions sur les rendus de l’entreprise, des dispositifs de soutien et d’accompagnement sont disponibles afin de rétablir des conditions favorables dans les meilleurs délais. L’INRS met notamment à disposition un livret rassemblant des conseils et astuces afin d’agir contre les risques psychosociaux en entreprise de manière active et méthodique (http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/ED/TI-ED-6250/ed6250.pdf).

Si l’application des conseils ne suffit pas à rétablir une bonne dynamique de travail au sein de l’entreprise. NeurOptimal® vous accompagne en tant d’individu mais également en tant qu’entreprise afin de vous apporter un soutien structuré et optimal à court terme contre les risques psychosociaux et leurs conséquences au long terme. En effet, NeurOptimal® (2020) s’allie avec les entreprises pour garantir aux salariés un accompagnement personnalisé (et déductible des charges de l’entreprise !) dans l’optimisation de leur performance et de leur bien-être, la réduction du stress, l’amélioration de leur attention, concentration, ainsi que des fonctions cérébrales au sens large, parmi d’autres bénéfices.

Références

Coutrot, T., Mermilliod, C. (Décembre 2020). Les risques psychosociaux au travail : les indicateurs disponibles. Dares Analyses, 81. http://www.epsilon.insee.fr/jspui/bitstream/1/4632/1/2010-081.pdf.

 

DARES - Ministère du Travail et de l'Emploi. INSEE. DREES - Ministère de la Santé. DGAFP - Ministère de la Fonction Publique (2016). Enquête Conditions de travail et Risques psycho-sociaux 2016 : volet Individus. ADISP, 2(2019).

 

Directeur de l’information légale et administrative (premier ministre). (18 août 2020). Qu’est-ce que le document unique d’évaluation des risques (DUER) ?. Service Public. https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F35360#:~:text=Le%20document%20unique%20d'%C3%A9valuation%20des%20risques%20(DUER)%20est,de%20protection%20qui%20en%20d%C3%A9coulent.

 

INRS. (2020a). Les risques Psychosociaux : Ce qu’il faut retenir. INRS. https://www.inrs.fr/risques/psychosociaux/ce-qu-il-faut-retenir.html.

 

IRNS. (2020b). Les risques Psychosociaux : Conséquences pour les salariés et l’entreprise. INRS. https://www.inrs.fr/risques/psychosociaux/consequences-salaries.html.

 

INRS. (2020c). Les risques Psychosociaux : Facteurs de risques. INRS. https://www.inrs.fr/risques/psychosociaux/facteurs-risques.html.

 

NeurOptimal®. (2020). Discover NeurOptimal® : Why use NeurOptimal®?. NeurOptimal. https://neuroptimal.com/discover-neuroptimal/?fbclid=IwAR1md2YX895dqLTPTeGL2hzt7zn4Ox9GDWtFxw3tzjddQ5vcBXqci6x8Kkg#why_use_neuroptimal.

 

Zilloniz, S., Baradji, E. (Février 2019). Exposition aux risques professionnelles et psychosociaux au travail : une analyse globale. Point Stat, 30. DGAFP. https://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/statistiques/point_stat/exposition_risques_professionnels_et_psychosociaux.pdf.


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion